Facteurs de risque de la leucémie

Écrit par les experts Ooreka

Si les causes du cancer du sang sont souvent inconnues, on peut quand même dégager certains facteurs de risques des leucémies pour expliquer leur apparition. Par ailleurs, les statistiques et pronostics permettent de mieux comprendre ce type de cancer si particulier.

Des causes largement inconnues

La grande majorité des leucémies ont une cause inconnue. Néanmoins, certaines analyses ont permis d'observer les points suivants :

  • On estime que toutes les formes de cancers malins, y compris les cancers du sang, sont dues à des mutations génétiques. Dans le cas précis de la leucémie, l'anomalie génétique impliquée entraînerait des troubles au niveau des cellules souches de la moelle osseuse. Ce serait la cause des leucémies, celles-ci se caractérisant par une croissance désordonnée des cellules sanguines.
  • Au final, seules des causes chimiques et radiologiques ont été mises en évidence. Il s'agit toutefois davantage de facteurs de risque majeurs que de causes.
  • De même, les trisomiques et les patients ayant reçu des chimiothérapies sont beaucoup plus susceptibles de développer la maladie que d'autres.

À noter : il n'existe pas d'hérédité immédiate dans ces maladies ; elles ne sont pas contagieuses.

Facteurs de risque significatifs

Même si la plupart des leucémies n'ont pas de causes connues, on peut en revanche retrouver divers facteurs de risque susceptibles de favoriser leur apparition. Il est cependant important de préciser que la majorité des personnes atteintes de leucémie ne présentent aucun des facteurs de risque exposés ci-après.

Parmi les facteurs de risque principaux, citons :

  • l'âge :
  • l'exposition à de fortes doses de radiations ionisantes qui figurent parmi les causes du cancer en général (la radioactivité, comme après les explosions nucléaires d'Hiroshima et de Nagasaki en 1945) ;
  • le benzène présent dans le carburant sans plomb ou la fumé de cigarette, par exemple ;
  • l'exposition à toutes sortes de produits cancérigènes (pesticides, solvants, etc.), notamment l'exposition au formaldéhyde (travailleurs de l'industrie chimique et embaumeurs) pourrait augmenter le risque de survenue d'une leucémie myéloïde chronique ;
  • l'obésité ;
  • certains virus (virus HTL responsable de leucémies rares au Japon) ;
  • certains traitements :
    • chimiothérapie comme les cytostatiques ou les immunosuppresseurs (notamment dans le cadre du traitement de la maladie de Hodgkin) ;
    • radiothérapie, la leucémie survenant en moyenne 6 ans plus tard ;
    • l'utilisation d'agents inhibant la topoisomérase II (épipodophyllotoxines et anthracyclines) destinés à traiter des tumeurs solides entraîne des leucémies dans les 2 ans qui suivent.
  • les personnes qui souffrent d'autres maladies affectant la moelle osseuse (risque de leucémie aiguë myéloblastique) ;
  • les antécédent familiaux ;
  • une anomalie génétique des chromosomes 5 et/ou 7 entraînant l'activation d'un oncogène (type de gène qui favorise la survenue d'un cancer) ou la perte de certains gènes qui permettaient de lutter contre les tumeurs.

Facteurs de risques spécifiques chez l'enfant

Les enfants sont soumis aux mêmes facteurs de risque que les adultes. Néanmoins, certains sont plus spécifiques à cette population :

  • Les syndromes et troubles génétiques, notamment :
    • une anomalie du chromosome 22 (ou chromosome de Philadelphie) qui échange des fragments avec le chromosome 9 et est à l'origine de leucémies myéloïdes chroniques ;
    • l'ataxie télangiectasie (entraînant un affaiblissement du système immunitaire) ;
    • le syndrome de Bloom (nombreux troubles chromosomiques) ;
    • le syndrome de Down, à l'origine de leucémies aiguës ;
    • la maladie de Fanconi (anémie d'origine héréditaire) ;
    • le syndrome de Li-Fraumeni ;
    • la trisomie 21.
  • Les enfants ayant un frère ou une sœur atteint de leucémie présentent en moyenne 3 fois plus de risques d'être eux aussi atteints par la maladie. Ce risque est supérieur s'il s'agit de vrais jumeaux, notamment à la naissance, puis il diminue dans le temps.
  • Les enfants ayant suivi un traitement anticancéreux sont particulièrement exposés. Ils risquent plus particulièrement de développer une leucémie aiguë myéloblastique.

Facteurs de risque potentiels chez l'enfant

Les enfants peuvent également être soumis à d'autres facteurs de risque plus discutables, mais qui nécessitent d'être surveillés :

  • faible exposition à des rayonnements radioactifs ou à des champs électromagnétiques in utero ;
  • poids supérieur à 4 kg à la naissance ;
  • exposition de la mère enceinte ou exposition directe de l'enfant à certains pesticides ou substances chimiques ;
  • exposition au tabac ou à la fumée du tabac in utero ;
  • exposition à l'alcool in utero ;
  • exposition au radon.

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
DB
danièle beurtin

sophrologue, sophrothérapeute

Nouvel expert

gabriel choukroun

ostéopathe d.o. - ostéopathie émotionnelle | osteomind consult

Expert

danièle agostini austerlitz

psychothérapie adulte, enfant, adolescent, couple

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.