Leucémie myélomonocytaire chronique

Écrit par les experts Ooreka

La leucémie myélomonocytaire chronique (LMMC) figure parmi les leucémies dites « chroniques », tout comme la leucémie myéloïde chronique (LMC) et la leucémie lymphoïde chronique (LLC). Elles se distinguent ainsi du deuxième groupe de leucémies dites « aiguës ».

Caractéristiques de la leucémie myélomonocytaire chronique

La leucémie myélomonocytaire chronique (LMMC) est une forme de cancer du sang qui apparaît généralement chez les personnes âgées de plus de 60 ans, et principalement chez les hommes. Elle a pour particularité d'associer les caractéristiques :

  • des syndromes myélodisplasiques (production insuffisante de certaines cellules sanguines) ;
  • et des syndromes myéloprolifératifs (production excessive d'autres cellules sanguines).

Bon à savoir : les syndromes myéloprolifératifs (SMP) sont des formes de cancers du sang ou de la moelle osseuse.

Concrètement, le mélange de ces deux syndromes tel qu'on l'observe en cas de LMMC se traduit par :

  • La production augmentée de cellules souches qui vont donner des globules blancs monocytes ou myélocytes.
  • L'absence de développement de certaines cellules souches qui vont rester immatures. Ces blastes vont peu à peu prendre la place des globules rouges et des plaquettes sanguines au sein de la moelle osseuse.

À noter : la LMMC présente des points communs avec la leucémie myéloïde chronique, mais le chromosome de Philadelphie n'est pas présent en cas de LMMC.

Enfin, il est intéressant d'indiquer que l'OMS (Organisation mondiale de la santé) distingue :

  • la LMMC-1 dans laquelle les blastes représentent moins de 5 % des cellules circulant dans le sang et moins de 10 % des cellules présentes dans la moelle osseuse ;
  • la LMMC-2 dans laquelle les blastes représentent entre 5 et 19 % des cellules circulant dans le sang et de 10 à 19 % des cellules présentes dans la moelle osseuse.

Facteurs de risque de la LMMC

Les chercheurs ont pu dégager 3 facteurs de risque de la leucémie myélomonocytaire chronique, même si tous ne sont pas confirmés :

  • Le premier et principal facteur est d'ordre génétique car 30 % des personnes développant une LMMC sont porteuses de certaines anomalies chromosomiques.
  • Par ailleurs, il semblerait qu'une exposition à de fortes doses de radiation augmente considérablement les risques de développer une LMMC.
  • De même, certains traitements anticancéreux seraient responsables de certaines leucémies myélomonocytaires chroniques.

Symptômes de la leucémie myélomonocytaire chronique

Les symptômes présents en cas de LMMC sont semblables à ceux que l'on retrouve dans d'autres types de leucémies. Ils ont tendance à être de plus en plus nombreux au fur et à mesure que les cellules leucémiques se développent dans la moelle osseuse et qu'elles s'accumulent dans le sang. On peut ainsi retrouver :

  • des infections associées à de la fièvre ;
  • des difficulté de coagulation (avec des ecchymoses au moindre choc) ;
  • une splénomégalie (augmentation du volume de la rate) ou une hépatomégalie (augmentation du volume du foie), ces organes devenant palpables sous les côtes ;
  • une asthénie (fatigue et une faiblesse généralisée) ;
  • une perte de poids ;
  • une pâleur de la peau.

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
salim djelouat

pr. bioclinicien -expert médical -auteur scientifi

Expert

virginie pagnier

sophrologue, hypnothérapeute, kinésiologue, | centre de sophrologie et bien être

Expert

MG
maurice gaillard

psychologue et aide aux victimes | psy_vincennes

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !