Traitement leucémies chroniques

Écrit par les experts Ooreka

Il existe des traitements spécifiques pour chaque forme de leucémie : le traitement des leucémies aiguës et le traitement des leucémies chroniques. Dans tous les cas, la chimiothérapie est la méthode la plus souvent utilisée. On retrouve également parfois le don de moelle osseuse. La rechute reste cependant assez courante.

Traitements différents en fonction de la leucémie chronique

Les leucémies chroniques sont traitées différemment selon qu'il s'agit d'une leucémie myéloïde chronique ou d'une leucémie lymphoïde chronique :

  • Le traitement de la leucémie myéloïde chronique va chercher à cibler l'anomalie génétique qui en est à l'origine : le chromosome de Philadelphie.
  • En revanche, le traitement de la leucémie lymphoïde chronique (qui dépend du stade de la maladie) est essentiellement basé sur la chimiothérapie. Il arrive toutefois que des leucémies de ce type, dont le diagnostic est très précoce et qui n'évoluent pas, soient simplement mises sous « surveillance active ».

Traitement de la leucémie myéloïde chronique

C'est à la fin des années 1990 qu'un médicament spécifiquement conçu pour lutter contre l'anomalie génétique du chromosome de Philadelphie a vu le jour. À l'imatinib sont ensuite venus s'ajouter le dasatinib et le nilotinib (des inhibiteurs de la tyrosine kinase). Ces trois médicaments très efficaces sont intéressants à plusieurs titres :

  • ils s'administrent par voie orale, ce qui rend le traitement beaucoup plus aisé ;
  • ils entraînent une disparition complète des cellules anormales (rémission hématologique, cytogénétique et moléculaire) ;
  • ils n'entraînent pratiquement pas d'effets secondaires (nausées, vomissements ou chute de cheveux) et moins de 1 % des patients présentent de graves effets indésirables.

Avec ces médicaments, le pronostic de la LMC est bien meilleur qu'auparavant.

Il faut toutefois rester prudent car :

  • certains patients présentent une résistance à ces traitements, ce qui oblige à revenir aux anciens médicaments (qui combinaient interféron et cytarabine) qui sont à la fois moins efficaces et plus délétères (nombreux effets secondaires) ;
  • le risque de rechute existe toujours.

Pour toutes ces raisons, la greffe de cellules souches est parfois encore proposée dans le cadre du traitement des leucémies chroniques.

Traitement de la leucémie lymphoïde chronique

Le traitement de la leucémie lymphoïde chronique dépend de son stade, défini lors du diagnostic :

  • Si la leucémie est au stade A (augmentation du nombre de lymphocytes sans symptôme), on instaure une surveillance afin de déceler les éventuels symptômes qui pourraient indiquer que la maladie progresse.
  • Si la leucémie est au stade B, on observe une augmentation du taux de lymphocytes, du volume de la rate et/ou des ganglions et une baisse du nombre de globules rouges (et/ou de plaquettes) et on réalise :
    • une polychimiothérapie combinant de la fludarabine, de la cladribine, de la cyclophosphamide et du rituximab destiné à limiter les effets secondaires ;
    • éventuellement, une ablation de la rate (splénectomie) ou une radiothérapie si elle est enflée et douloureuse et/ou pour aider à réguler le nombre de cellules sanguines.
  • Si la leucémie est due à une anomalie portant sur le chromosome 17, les traitements précédents seront inefficaces. On utilisera plutôt une thérapie à base d'alemtuzumab, généralement en association avec des corticoïdes.
  • Une radiothérapie peut également être employée pour soulager des douleurs osseuses ou réduire la taille de ganglions lymphatiques gonflés.

Bon à savoir : certaines leucémies lymphoïdes chroniques de stades B et C sont également de bon pronostic et peuvent faire l'objet d'une simple surveillance biologique régulière.

Suite au traitement, des visites régulières seront instaurées pour s'assurer qu'il n'y a pas de rechute. Au fil du temps, ces visites pourront s'espacer, mais elles devront être poursuivies toute la vie.


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !